Collecte de fonds

Projet Avenue prometteuse : pour le rétablissement des femmes victimes d’exploitation sexuelle

L’équipe de la Maison de Marthe travaille actuellement à la réalisation d’un projet novateur qui mènera à la mise en place d’un service d’hébergement destiné spécifiquement aux femmes victimes d’exploitation sexuelle. Laissez-nous donc vous raconter la petite histoire de ce projet d’envergure appelé « Avenue prometteuse »!

Depuis ses débuts en 2006, la Maison de Marthe accompagne et soutient les femmes voulant sortir du milieu prostitutionnel ainsi que les survivantes de l’industrie du sexe. Au fil des années, les intervenantes ont constaté que la grande précarité de plusieurs femmes nuisait à leur désir de sortir de la prostitution. En effet, la situation de survie de ces femmes fait qu’elles doivent lutter constamment pour combler leurs besoins de base, ce qui représente un obstacle majeur à leur volonté de se rétablir et de se reconstruire. C’est entre autres pour cette raison que les femmes ont souvent exprimé le besoin d’avoir accès à un lieu d’hébergement sécuritaire leur permettant de prendre un temps d’arrêt et d’amorcer un nouveau départ. Dans ce contexte, le développement d’un volet hébergement devenait impératif pour l’équipe de la Maison de Marthe, d’autant plus que l’organisme disposait déjà d’une maison suffisamment grande pour offrir ce type de service. Toutefois, ouvrir un lieu d’hébergement pour les femmes en processus de sortie de la prostitution n’est pas une mince entreprise! Maintenant que cet objectif était clarifié, par où devions-nous commencer? Plusieurs questions nous venaient en tête. Comment financer le personnel pour offrir un hébergement 24 heures sur 24 et 7 jours par semaine? Est-ce que la maison actuelle répond aux exigences de conformité nécessaires pour accueillir ces femmes pendant un long séjour?

Les débuts du projet

En 2016, la directrice de la Maison de Marthe alors en poste obtient une subvention pour implanter un projet pilote d’hébergement d’une durée de trois mois. Ce projet se voulait un test pour évaluer la viabilité d’un hébergement permanent à la Maison de Marthe. Le projet initial aurait impliqué la présence de personnel bénévole pour venir compléter les efforts de l’équipe à la réalisation d’une telle initiative.

Puis, avant que le projet pilote ne voie le jour, il y a eu un changement à la direction de la Maison de Marthe. Ayant pris connaissance du projet pilote, la nouvelle directrice a jugé qu’il n’était pas souhaitable pour l’organisme de s’engager dans le projet sous cette forme. Elle avait notamment une préoccupation importante : une fois les trois mois d’expérimentation terminés, qu’adviendrait-il des femmes hébergées? Elle savait aussi qu’il restait plusieurs étapes à franchir avant que la Maison de Marthe soit prête à recevoir des femmes en hébergement. En plus des sources de financement à chercher, il fallait prévoir une équipe plus nombreuse et suffisamment formée pour intervenir auprès des femmes en processus de sortie de la prostitution. La maison devait également être mise aux normes selon le code du bâtiment afin d’assurer la sécurité du lieu.

Le projet pilote a donc été interrompu, ce qui a déçu grandement les femmes qui fréquentaient la Maison de Marthe. Elles rêvaient de ce projet qui répondrait à leurs besoins et à ceux de leurs paires. Mais rien n’était terminé pour autant…

De l’hébergement? Oui, mais comment?

L’équipe s’est donc posé la question suivante : comment mettre en place un lieu d’hébergement pour les femmes désireuses de sortir de la prostitution tout en assurant sa pérennité? Une chose certaine, il fallait d’abord obtenir l’accord du conseil d’administration afin de réaliser une étude d’opportunité pour la recherche de financement.

Puis, le 19 février 2018, une agente de Condition féminine Canada, aujourd’hui le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres, rend visite à la Maison de Marthe afin de présenter un programme orienté sur le développement d’une pratique prometteuse. L’idée est, dans un premier temps, de soumettre un concept afin d’obtenir les fonds nécessaires pour rédiger une grande demande de subvention menant à la réalisation d’un projet sur cinq ans. L’équipe de la Maison de Marthe a donc eu l’idée de présenter comme pratique prometteuse un modèle d’intervention destiné pour les femmes en processus de sortie de la prostitution et déployé dans le cadre d’un hébergement. En janvier 2019, l’appel de concept est accepté : nous pouvons donc rédiger la demande pour le projet d’hébergement!

Une bonne nouvelle arrive à nos portes!

Au cours de l’été 2019, la Maison de Marthe apprend que le projet « Avenue prometteuse pour les femmes en processus de sortie de la prostitution » verra le jour. L’équipe est folle de joie! Une conférence de presse est organisée le 16 août 2019 par le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et député de Québec, monsieur Jean-Yves Duclos, afin d’annoncer les récipiendaires de ce programme. Grâce à cette subvention, la Maison de Marthe pourra enrichir son modèle d’intervention actuel et devenir un lieu d’hébergement spécialisé pour les femmes en processus de sortie de la prostitution. Cette initiative se démarque parce qu’elle prend en compte la voix des principales concernées, c’est-à-dire les femmes ayant un vécu dans la prostitution, lesquelles seront impliquées à toutes les étapes du projet. L’ouverture de cette première maison d’hébergement au Québec pour les femmes exploitées sexuellement est prévue pour 2021. Bien entendu, les femmes qui fréquentent actuellement notre organisme pourront toujours avoir accès à nos services, en plus de pouvoir bénéficier du nouveau milieu de vie communautaire créé grâce au volet hébergement. Plus que jamais, la Maison de Marthe travaillera dans une perspective d’empowerment en accompagnant les femmes dans la reprise de pouvoir sur leur vie et sur leur corps!

À suivre…

Si vous souhaitez aider les femmes à se sortir de la prostitution et à nous permettre de leur offrir ce projet prometteur, vous pouvez faire un don en ligne.

COMMUNIQUÉS


24 février 2021

«Trois féminicides en quelques jours : donnons-nous les moyens d’agir !»

24 février 2021

«2021 Mémoire Commission Plateformes telle Pornhub»

24 février 2021

«Mémoire Commission exploitation sexuelle mineures»

Inscrivez-vous à notre infolettre